Le projet attractif du téléphérique porté par la société « Dania Land » dans le cadre de son parc d’attraction renforcera l’attractivité touristique et paysagère de la destination Agadir, mais aussi son emblème national dominant la colline d’Agadir Oufella.

Relifté dans le cadre du PDU d’Agadir, l’emblème national dominant la colline de la ville et portant l’inscription en arabe «Dieu, la Patrie, le Roi» sera couronné par le projet attractif du téléphérique. Grâce à un partenariat public-privé, premier de son genre au Maroc, le trio composé de la Kasbah d’Agadir Oufella en cours de réhabilitation, l’emblème national bénéficiant d’une cure de jouvence et l’opérationnalisation de la première ligne de ce projet, prévue en juillet 2022, procureront à ce symbole de la ville un cachet à la fois authentique et moderne. La baie d’Agadir renforcera ainsi d’emblée son attractivité touristique et paysagère particulièrement dans le cadre de cette seconde renaissance de la ville d’Agadir avec le PDU.

À la clef, un investissement d’environ 10 millions d’euros mobilisé par la société «Dania Land» dans le cadre de son parc d’attraction marqué par la réalisation de ce téléphérique de dernière génération. Une seconde ligne est également prévue à l’horizon 2024 dans le cadre de la deuxième tranche de ce projet qui reliera Agadir Oufella au parc d’attraction «Dania Land» et le plus grand parc aquatique d’Afrique «Agadir Jungle Parc». «Actuellement, les travaux sont avancés à 60%. Ils sont en harmonie avec les autres projets menés dans la zone couvrant le téléphérique. Toutes les équipes mettent les débouchés doubles pour procéder à la mise en service du projet au cours du mois de juillet 2022, y compris bien évidement les deux gares de départ et d’arrivée reliant Tildi à la Kasbah d’Agadir Oufella», annonce Abdelaziz Houays, porteur de ce projet.

Le téléphérique d'Agadir

Le téléphérique d’Agadir

Entre 800.000 à 1 million de visiteurs sur la première année
Bien que le projet ait été freiné plus d’un mois en raison de la fermeture du ciel à cause de la pandémie, l’entreprise chargée de ce projet s’est mobilisée pour faire venir, le 13 février 2022, via un jet privé, les ingénieurs et les experts qui supervisent les travaux du téléphérique sur le plan de génie civil. Il s’agit des équipes du constructeur autrichien du téléphérique «Doppelmayr Garaventa» et le bureau de contrôle Veritas International.

Le téléphérique d’Agadir

Parmi les autres défis relevés par ce projet, son positionnement en tant que référence nationale en matière des transports par câble puisque le projet a été accompagné par les pouvoirs publics pour préparer son cadre légal et règlementaire. Dans un univers captivant, le passage entre les deux gares en cours de réalisation, avec des cabines débrayées, offre une vue panoramique sur la ville d’Agadir. En termes de fréquence, «le projet drainera entre 800.000 à 1 million de visiteurs durant la première année de sa mise en service», estime Abdelaziz Houays.

Sur un trajet de six minutes cumulant 1.700 mètres linéaires, le téléphérique livrera de belles vues sur la baie d’Agadir, notamment sur l’océan atlantique et la promenade de la ville ainsi que son enceinte portuaire et ses anciens quartiers. Ce n’est pas tout : le téléphérique embellira aussi le ciel de la baie surtout en période nocturne grâce à la lumière LED des cabines et leur aller et retour tout au long du trajet. Le projet offrira aussi un panorama en bas sur la verdure prévue dans le cadre de la forêt du souvenir englobant la zone non aedificandi et les anciens quartiers d’Agadir (Yachach, Founty et Talborjt). Étalée sur 100 ha, cette zone sera érigée en tant que poumon vert et récréatif de la ville.

Le projet alimenté par l’énergie solaire

Il est à souligner que le projet sera doté d’une trentaine de cabines qui sont très souples et confortables, explique le porteur du projet. Parmi ces structures, quatre sont des cabines VIP d’une capacité de quatre personnes. Pour les autres, elles transporteront huit personnes. «La force de frappe du téléphérique est qu’il peut transporter beaucoup de personnes en toute fluidité, soit l’équivalent de 22 autocars en l’espace d’une heure», explique Abdelaziz Houays.

De plus, le téléphérique sera équipé de la «technologie D-line» de la société autrichienne qui assure un fonctionnement silencieux, sécurisé et surtout économique en matière de consommation d’énergie avec un confort optimal pour les passagers. L’une des particularités de ce projet est qu’il sera marqué par l’installation d’un champ de panneaux solaires au niveau du parking situé à la gare de départ situé à Tildi. Modélisés en fonction de la consommation énergétique du téléphérique, les panneaux solaires fourniront l’énergie suffisante au fonctionnement quotidien du téléphérique.

Pour la billetterie, elle sera commercialisée en fonction de trois intervalles : la basse, la moyenne et la haute saison. En chiffres, «le tarif variera entre 50 à 80 DH pour toucher l’ensemble des catégories. Ce prix est le moins cher du monde en matière de transport touristique par câble», ajoute Abdelaziz Houays. S’agissant du parc d’attraction, qui émergera au milieu de la verdure avec une architecture traditionnelle, il proposera une offre de nouvelle génération comptant, entre autres, un aquaparc sur 10 ha qui est le plus grand en Afrique, un parc de jeux en plus d’un univers culturel et éducatif. Par ailleurs, le projet sera accessible à partir de la voie de contournement nord-est du Grand Agadir, notamment à travers sa quatrième section.